AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile – 5 couleurs dispo
72 € 120 €
Voir le deal

Partagez
 

 Tout va bien [Maglin#1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlin Parker

Caitlin Parker

Tout va bien [Maglin#1] Tumblr_miuj8jzjk31s50hero1_500
« Nous acceptons l'amour que nous pensons mériter. » ~ Le monde de Charlie

> messages : 112
> points : 116
> avatar : Kate Erin Walsh, cette femme parfaite..
> crédits : Avat' GekkuNeko ; Sign' Emi Burton ; Gif Tumblr & GekkuNeko
> pseudo : GekkuNeko
> autres comptes : Pour le moment nous allons bien nous vous remercions.
> âge : 49
♡ statut civil : Je suis veuve, donc célibataire et parfois c'est un petit peu difficile...
> études/métiers : Je suis infirmière au bloc opératoire dans l'hôpital de Boston, un métier que j'aime énormément...
> adresse : Beacon Hill, villa 44
> à savoir sur moi : + Maglin ♥️
+ Natlin ♥️
+ Caitalynn ♥️

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: Tout à fait disponible

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyMar 27 Sep - 20:29


Caitlin & Maggie
Tout va bien
De nos jours il n'est pas rare de se rendre à l'hôpital pour beaucoup de raisons. Pour mon cas je m'y rends tous les jours pour mon travail afin de pouvoir aider des chirurgiens pendant les opérations. C'est mon métier, je suis infirmière au bloc opératoire et dans la vie de tous les jours disons que ce n'est pas spécialement facile. Tout comme les chirurgiens j'assiste parfois au décès de personnes qui ont souffert pendant longtemps, des leucémiques, des cancéreux et j'en passe, chaque patient qui meurt est quelque chose de difficile pour nous à gérer. Mais parfois il est vrai que nous avons des bonnes surprises, il arrive que des patients qui semblent condamnés réussissent à s'en sortir et disent "merde" à la table d'opération et s'en sortent indemne ce qui est beau. Un peu grâce à tout ceci je fais ce métier, depuis toujours je rêve de pouvoir faire un tel métier, de sauver des vies, de contribuer à tout ceci, à la réussite dans la maladie. Il est évident que parfois je verse quelques petites larmes me sentant malheureuse face à l'idée qu'un patient pour qui j'allais avoir de l'affection décède mais ce sont les problèmes avec ce métier. Les attaches ce n'est jamais une très bonne chose et le métier que j'exerce me le prouve presque tous les jours. Pour aujourd'hui cependant les choses sont assez différentes, une petite demoiselle est arrivée à l'hôpital aujourd'hui avec sa maman se plaignant de douleur, rapidement nous avions compris que c'était juste une crise d'appendicite, rien de bien fou en soit elle s'en sortira c'est une valeur sûre. La mère semble tout de même un petit peu inquiète alors avant d'emmener Mai en salle d'opération je me tourne vers elle avec un petit sourire parfaitement dessiné sur mes lèvres. « Ne vous inquiétez pas tout se passera bien, le Docteur Blake sait ce qu'il fait Mai est entre de très bonnes mains. » Assurais-je à la mère de famille tandis que je finis par m'éloigner d'elle filant jusqu'au bloc opératoire pendant quelques petites heures afin de délivrer la petite puce de sa douleur. Comme je le pensais tout s'est très bien passé et la petite est en pleine forme, enfin si on veut, elle est endormie pour le moment ce qui est normal après une opération comme celle-ci on a besoin de récupérer. Le chirurgien se tourne vers moi et me demande si je peux aller voir la mère de Mai parce qu'il a des choses à faire, je souris et acquiesce. « Bien sûr, je vais la voir tout de suite. » Dis-je d'une voix douce tandis que je me nettoie les mains et enfile une tenue d'hôpital plus propre puis je me rends du côté de la salle d'attente ou la maman de la petite Mai attend. Je m'avance alors vers elle la reconnaissant aussitôt, elle est seule dans la salle d'attente ce qui est amusant en soit étant donné qu'habituellement les salles d'attente sont bourrées à craquer. « Madame Kenton ? » Lâchais-je d'une voix douce tout en fixant intensément la dame en attendant qu'elle relève la tête vers moi et reprenne ses esprits, la pauvre, j'imagine l'inquiétude qui a dû la ronger de l'intérieur depuis le début...

_________________
Caitlin Irena Parker
« Parfois assumer ce que nous sommes est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense... »
Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t516-my-friends-my-loves-my-bullshit-caitlin-walsh
Maggie Kenton

Maggie Kenton

Tout va bien [Maglin#1] 1474489232-tumblr-n4bn8d0gfh1qcagtxo3-250
> messages : 70
> points : 51
> avatar : Emma Thompson
> crédits : Crom (avatar); tumblr (gifs)
> pseudo : Lulu/Crom
> autres comptes : Marianne Fleming
> âge : 59
♡ statut civil : Célibataire.
> études/métiers : Gérante d'une entreprise logistique.
> adresse : bay Village, maison #208
> à savoir sur moi : Maggie, cinquante-cinq ans, veuve, divorcée, sept enfants, gérante d’une entreprise de logistique, américaine avec des origines anglaises. Un résumé de ma vie ? J’ai perdu ma mère à quatorze ans. Je me suis mariée jeune, à dix-neuf ans, à un homme qui en avait vingt-cinq de plus. Et oui, on s’aimait. Nous avons eu trois enfants, Henry Jr, Sophie et Mary. Quand celle-ci avait un an, mon père est mort, et j’ai hérité de son entreprise. Se retrouver à la tête d’une société telle que celle-ci à vingt-cinq ans, sans la moindre expérience, c’est flippant. Mais je m’en suis sortie. Sauf que quatre ans plus tard, j’ai perdu mon mari. Et croyez moi, là, j’ai souffert. Mon monde s’est écroulé. Mais il fallait rester debout, pour les enfants. Puis je me suis remariée. Et il m’a quitté au bout de quelques mois, me laissant seule à nouveau avec mes enfants, dont le nombre était sur le point de grimper à cinq. J’étais enceinte de jumeaux. Grace et Alexander. Vous pouvez le dire, c’était un connard. Depuis, je suis célibataire. Mais pas chaste, hein, il ne faut pas trop m’en demander. Mais célibataire, oui. Je n’ai plus envie de me lancer dans une relation à long terme. Surtout qu’avec le temps, j’ai réalisé que je n’avais jamais vraiment fait le deuil de mon premier mari. Par contre, j’ai continué à agrandir la famille, en adoptant Mai d’abord, puis Femi. Voilà, en gros, ma vie.

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyMer 28 Sep - 14:31

Tout va bien

ft. Caitlin Parker

Je déteste les hôpitaux. Vraiment. Depuis la mort d’Henry, je les évite le plus possible. Evidemment, dans certains cas, c’est impossible. Quand les jumeaux sont nés par exemple. Pour certains examens, aussi. Mais dans ces cas, je parviens encore à le supporter. Parce qu’il n’y a pas de stress, pas d’inquiétude particulière. Mais ça reste difficile. Trop de mauvais souvenirs. Et évidemment, aujourd’hui, ils me reviennent en force. Je sais que c’est une opération, courante, et même relativement bénigne, ce n’est que l’appendicite, mais je ne peux pas m’en empêcher. Je ne serais jamais capable de ne pas m’inquiéter pour mes enfants, et encore moins dans ce cadre là. Et si au départ, c’est Mai qui paniquait et moi qui gérait, une fois arrivées à l’hôpital, ça s’est inversé. Intérieurement, en tout cas, je pense avoir réussi à peu près à garder un masque de calme apparent devant les infirmières, mais je devais tout de même avoir l’air inquiète, parce qu’une des infirmières à pris le temps de m’offrir une petite phrase rassurante. Bien tenté, mais ça n’a pas vraiment fonctionné. Et maintenant, elle est en salle d’opération, et moi je suis toute seule dans la salle d’attente, à revivre des souvenirs pénibles. Je pense que Femi a du prévenir les autres, parce que je reçois des SMS de tous les côtés, demandant des nouvelles et m’envoyant des petits mots d’encouragements. Sophie m’a même appelée, pour savoir si je voulais qu’elle vienne me rejoindre. Mes enfants sont adorables. Mais je lui ai dit que ce n’était pas nécessaire, qu’il ne fallait pas qu’elle se dérange, que je pouvais gérer.

Mais pour être honnête, je commence à regretter. J’ai l’impression que ça fait une éternité. Je commence à sérieusement fatiguée, et en même temps, je lutte, parce que dès que je ferme les yeux, je repars vingt-cinq ans en arrière. Je revis la terreur, le désespoir, la tristesse que j’ai vécu à l’époque. Je n’arrive pas à m’en débarrasser, et j’ai sans cesse l’impression qu’on a venir m’annoncer quelque chose de terrible. Je sais que je ne suis pas rationnelle, mais je n’y parviens pas. L’accumulation de la fatigue et des souvenirs provoque un torrent de larmes que j’ai beaucoup de mal à stopper. C’est dans ce genre de situation que je me rends compte de certaines choses. La principale étant que je ne me suis jamais vraiment remise de la mort de mon mari. J’ai toujours cru, ou du moins fait croire que j’avais fait mon deuil, mais dans le fond, je me rends bien compte que ce n’est pas vrai. J’essaye de me reprendre, mais je crois que tant que je n’aurais pas de nouvelles concrètes, je n’arriverais pas à me sortir de cette torpeur. Je ne me suis même pas rendu compte que la salle s’était vidée, et qu’il n’y avait plus moi, assise en boule sur un siège. Cela fait-il si longtemps ? Ce n’st pas ça qui va me rassurer. Je crois que si personne ne vient d’ici cinq minutes, je vais devenir folle. Je crois entendre une porte, mais je n’ai même pas la force de lever la tête. Ca m’évitera un faux espoir. Ce n’est que lorsque j’entends une voix féminine prononcer mon nom que je lève les yeux, qui se posent alors sur l’infirmière qui m’avait adressée la parole avant. Elle n’a pas l’air particulièrement dépitée, ce qui est plus ou moins rassurant, mais je n’arrive pas véritablement à détecter quoi que ce soit sur son visage. Pitié, dites moi qu’elle va bien ! Je sais que j’ai l’air désespérée, mais de toute façon, je le suis plus ou moins, alors peu importe. Tous les scénarios que j’ai pu imaginer pendant l’attente, tous plus terribles les uns que les autres, me reviennent en tête, et j’ai du mal à garder mon calme. Je ne m’étais jamais rendu compte que je pouvais être inquiète à ce point. J’en suis presque malade. Je pense que si elle m’annonce une mauvaise nouvelle, je n’y survivrais pas… Non, ça suffit, assez de paranoïa, il n’y a pas de raisons. Je ne vais tout de même pas me mettre à pleurer alors que très probablement, tout va bien. Je ferais mieux de la laisser parler, sinon elle va me prendre pour une tarée. Même si elle doit avoir l’habitude.

Hors-RP:
 

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t497-maggie-you-can-t-imagine-what-satisfaction-can-be-gotten-from-throwing-a-pie-into-someone-s-face#6720
Caitlin Parker

Caitlin Parker

Tout va bien [Maglin#1] Tumblr_miuj8jzjk31s50hero1_500
« Nous acceptons l'amour que nous pensons mériter. » ~ Le monde de Charlie

> messages : 112
> points : 116
> avatar : Kate Erin Walsh, cette femme parfaite..
> crédits : Avat' GekkuNeko ; Sign' Emi Burton ; Gif Tumblr & GekkuNeko
> pseudo : GekkuNeko
> autres comptes : Pour le moment nous allons bien nous vous remercions.
> âge : 49
♡ statut civil : Je suis veuve, donc célibataire et parfois c'est un petit peu difficile...
> études/métiers : Je suis infirmière au bloc opératoire dans l'hôpital de Boston, un métier que j'aime énormément...
> adresse : Beacon Hill, villa 44
> à savoir sur moi : + Maglin ♥️
+ Natlin ♥️
+ Caitalynn ♥️

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: Tout à fait disponible

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyVen 30 Sep - 13:48


Caitlin & Maggie
Tout va bien
Être parent ça veut dire s'inquiéter pour ses parents et s'assurer qu'ils ne manquent de rien, qu'ils ont tout ce qu'il faut pour qu'ils soient heureux. Mais bon, lorsqu'on est parent et qu'on voit notre enfant finir à l'hôpital d'une manière ou d'une autre là on ne peut pas faire grand chose, mis à part être présent pour notre petit et faire tout ce qu'on peut pour rester fort. Pour le cas présent j'imagine trop bien ce que doit ressentir cette femme, ce doit être dur, même si c'est une opération sans le moindre risque il n'empêche que c'est tout de même une opération et que ce simple fait peut toujours faire peur. Toutefois j'ai tenté, avant de partir, d'offrir une phrase rassurante à la mère de la jeune fille histoire qu'elle puisse se calmer ou tout du moins que ça lui fasse un petit peu de bien, qu'elle ne se sente pas seule. Que ma phrase ai fait effet ou non clairement ça ne dépend pas de moi, juste d'elle, je suis infirmière au bloc opératoire pas une psychiatre de l'hôpital ni même un médecin je suis là pour aider le chirurgien dans le bloc opératoire et soigner les patients quand ils sont dans leurs lits d'hôpital. M'occuper de ce que ressent la famille disons que ce n'est pas trop mon travail, je peux aller les voir et les réconforter ce n'est pas un soucis mais bon, disons que pour le coup ce n'est pas la tache que je préfère. Ben évidemment l'opération se passe à merveille et la petite fille ne souffrira plus de crise d'appendicite par la suite ce qui est une excellente chose. Alors, une fois que je fus hors du bloc opératoire je me dirige jusqu'à la salle d'attente vide et cherche du regard la maman de la petite Mai, évidemment je la trouve très vite vu qu'il n'y a qu'elle dans la pièce. Devant elle je souris en la voyant lever la tête et me demander comment va sa petite fille. « Elle va bien Madame. Mai est en salle de réveil, cette opération n'est pas risquée mais très fatigante donc elle va dormir un petit mot en salle de réveil et ensuite nous la monterons dans une chambre où elle restera un jour ou deux maximum. Tout s'est très bien passé le Docteur Blake a fait un travail formidable sur votre fille. » Répondis-je d'une voix confiante tout en souriant à la mère de la patiente une fois que j'eus terminé mon explication quant à l'état de sa fille. Je n'imagine que trop bien ce qu'elle doit ressentir en cet instant, c'est dur d'imaginer notre enfant dans un bloc, je la comprends donc plus que bien... « Ne vous inquiétez pas, elle va vraiment bien. » Ajoutais-je comme par automatisme comme pour qu'elle me croit plus facilement. J'ignore si cette phrase aura été nécessaire mais je pense que si j'avais été dans sa situation j'aurais aimé qu'on me répète une nouvelle fois la vérité histoire que j'enregistre mieux l'information...

Spoiler:
 

_________________
Caitlin Irena Parker
« Parfois assumer ce que nous sommes est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense... »
Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t516-my-friends-my-loves-my-bullshit-caitlin-walsh
Maggie Kenton

Maggie Kenton

Tout va bien [Maglin#1] 1474489232-tumblr-n4bn8d0gfh1qcagtxo3-250
> messages : 70
> points : 51
> avatar : Emma Thompson
> crédits : Crom (avatar); tumblr (gifs)
> pseudo : Lulu/Crom
> autres comptes : Marianne Fleming
> âge : 59
♡ statut civil : Célibataire.
> études/métiers : Gérante d'une entreprise logistique.
> adresse : bay Village, maison #208
> à savoir sur moi : Maggie, cinquante-cinq ans, veuve, divorcée, sept enfants, gérante d’une entreprise de logistique, américaine avec des origines anglaises. Un résumé de ma vie ? J’ai perdu ma mère à quatorze ans. Je me suis mariée jeune, à dix-neuf ans, à un homme qui en avait vingt-cinq de plus. Et oui, on s’aimait. Nous avons eu trois enfants, Henry Jr, Sophie et Mary. Quand celle-ci avait un an, mon père est mort, et j’ai hérité de son entreprise. Se retrouver à la tête d’une société telle que celle-ci à vingt-cinq ans, sans la moindre expérience, c’est flippant. Mais je m’en suis sortie. Sauf que quatre ans plus tard, j’ai perdu mon mari. Et croyez moi, là, j’ai souffert. Mon monde s’est écroulé. Mais il fallait rester debout, pour les enfants. Puis je me suis remariée. Et il m’a quitté au bout de quelques mois, me laissant seule à nouveau avec mes enfants, dont le nombre était sur le point de grimper à cinq. J’étais enceinte de jumeaux. Grace et Alexander. Vous pouvez le dire, c’était un connard. Depuis, je suis célibataire. Mais pas chaste, hein, il ne faut pas trop m’en demander. Mais célibataire, oui. Je n’ai plus envie de me lancer dans une relation à long terme. Surtout qu’avec le temps, j’ai réalisé que je n’avais jamais vraiment fait le deuil de mon premier mari. Par contre, j’ai continué à agrandir la famille, en adoptant Mai d’abord, puis Femi. Voilà, en gros, ma vie.

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyJeu 6 Oct - 22:54

Tout va bien

ft. Caitlin Parker

C’est fou quand même a quel point une mauvaise expérience peut changer profondément notre vision d’un lieu. Petite, les hôpitaux me fascinaient. Maintenant, c’est tout l’inverse. C’est fou aussi comme être parent change notre manière de vivre les évènements. Avant d’avoir des enfants, les mamans paniquées je trouvais toujours ça exagéré. J’étais persuadée que je ne serais pas comme ça, que je saurais me maîtriser … Tu parles. Vous voyez bien où j’en suis. Mais que voulez vous. Le pire qu’il puisse se produire pour moi est qu’il arrive quelque chose à un de mes enfants. Alors oui, je me suis transformée en mère inquiète, parfois un peu trop. Je sais que j’ai souvent tendance à sur-réagir, et j’essaye de me contrôler, mais c’est plus fort que moi la plupart du temps. Peut-être est-ce parce que je sais désormais, par expérience, que quelque chose qui semble anodin peut se transformer en tragédie. Que la vitesse de réaction est parfois cruciale. Je l’ai appris à mes dépens, et surtout à ceux de mon mari. Alors oui, j’ai du mal à maîtriser mon anxiété alors que j’attends des nouvelles de ma fille. Ma petite dernière.

La pauvre infirmière, je lui ai quasiment sauté dessus avec mon air désespérée. Heureusement, elle semble avoir l’habitude. Elle en a probablement vu bien d’autres, elle n’est sûrement pas nouvelle dans ce métier. Je ne peux retenir un profond soupir de soulagement lorsqu’elle me dit que tout c’est bien passé. Comme si j’avais retenu mon souffle pendant des heures. Le soulagement m’envahit, et mes jambes faiblissent. A force de me ronger les sangs, mon corps proteste un peu. Le stress et la fatigue accumulée associé au soulagement me tombent dessus, et j’ai besoin de m’asseoir avant de m’écrouler. Je rends son sourire à l’infirmière, qui m’explique un peu ce qui va se passer ensuite. Quand pourrais-je la voir ? Parce que même si je sais que tout va bien, il y a une petite voix tout au fond de moi qui ne se taira pas complètement tant que je n’aurais pas mon enfant sous les yeux.

Et lorsque l’infirmière me répète que tout va bien, je craque. Je sais, c’est pathétique, mais j’ai besoin d’évacuer toute cette peur. Et là, c’est par les larmes. J’ai essayé de rester digne et composée, mais on dirait que mes émotions ne sont plus sous mon contrôle. Je sens le regard de mon interlocutrice, sans vraiment oser la regarder. Elle doit me prendre pour une dingue. Il me faut bien deux minutes pour réussir à reprendre mes esprits et à sécher à peu près mes larmes. Je finis par lever les yeux vers la femme qui n’a pas l’air surprise, plutôt compatissante, et je ne sais pas pourquoi, mais je sens le besoin de me justifier. Pardonnez-moi, c’est juste que les hôpitaux me rappellent un très mauvais souvenir, ce qui a rendu l’attente encore plus angoissante qu’elle n’aurait du l’être. En dehors de la naissance de mes enfants, mes expériences avec les hôpitaux se sont presque toujours mal terminées. Quelques larmes s’échappent encore, et ma voix n’est pas aussi assurée que je le souhaiterais. Désolée … Mais dès qu’il arrive quelque chose à l’un de mes enfants, j’ai la peur de ma vie. Même si comme aujourd’hui, c’est relativement peu risqué … Trop de mauvaises expériences, vous voyez. Je commence tout doucement à regagner un minimum de calme. Mais je dois vous embêter à vous raconter ma vie comme ça, vous avez sûrement mieux à faire que de m’écouter déblatérer sur mes malheurs … C’est vrai ça d’ailleurs, je ne sais pas pourquoi je lui raconte tout ça. Ce n’est pas quelque chose dont je parle souvent, parce que malgré ce que je voudrais croire, c’est un sujet encore sensible. Mais peut-être ais-je besoin d’en parler. Je ne sais pas. Je me sens un peu perdue encore.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t497-maggie-you-can-t-imagine-what-satisfaction-can-be-gotten-from-throwing-a-pie-into-someone-s-face#6720
Caitlin Parker

Caitlin Parker

Tout va bien [Maglin#1] Tumblr_miuj8jzjk31s50hero1_500
« Nous acceptons l'amour que nous pensons mériter. » ~ Le monde de Charlie

> messages : 112
> points : 116
> avatar : Kate Erin Walsh, cette femme parfaite..
> crédits : Avat' GekkuNeko ; Sign' Emi Burton ; Gif Tumblr & GekkuNeko
> pseudo : GekkuNeko
> autres comptes : Pour le moment nous allons bien nous vous remercions.
> âge : 49
♡ statut civil : Je suis veuve, donc célibataire et parfois c'est un petit peu difficile...
> études/métiers : Je suis infirmière au bloc opératoire dans l'hôpital de Boston, un métier que j'aime énormément...
> adresse : Beacon Hill, villa 44
> à savoir sur moi : + Maglin ♥️
+ Natlin ♥️
+ Caitalynn ♥️

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: Tout à fait disponible

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptySam 8 Oct - 14:52


Caitlin & Maggie
Tout va bien
Les hôpitaux ça fait toujours peur d'une façon ou d'une autre, ce n'est pas forcément un lieu joyeux ou encore agréable dans lequel on aime se rendre en règle générale. C'est précisément le genre de lieux que l'on préfère éviter, ce que je peux tout à fait comprendre. Généralement les hôpitaux c'est signe de mort, c'est le genre d'endroits que l'on préfère éviter à tout prix, le genre d'endroits qu'il est tout à fait préférable d'oublier, mais bon, c'est aussi un endroit il faut savoir se rendre parce que parfois on a pas le choix. De base, je vois tous les jours des patients malades et de tout âge, j'ai des patients qui sont des bébés, parfois des enfants, des adolescents, des jeunes adultes, des adultes ou encore des personnes âgées. Croyez moi, qu'importe l'âge que le patient a c'est toujours douloureux de rencontrer des personnes atteintes d'une terrible maladie. Que ce soit un cancer ou encore autre chose c'est toujours quelque chose qui peut affecter, tout du moins pour les médecins un minimum sensibles comme moi je peux avoir tendance à l'être. Il y a l'un des patients dont je m'occupe c'est un jeune garçon de douze ans, Brandon c'est un petit leucémique qui se bat du mieux qu'il le peut contre la maladie. A chaque fois je pleure en sortant de sa chambre d'hôpital, pas seulement parce qu'il est malade depuis longtemps, non parce que je suis impressionné par le courage dont fait preuve ce petit bout. Mais c'est souvent comme ça, ce sont les personnes malades qui sont beaucoup plus courageuses que les personnes en bonne santé. Ce sont également les personnages malades qui se plaignent le moins, ce qui est illogique en soit mais pourtant c'est l'entière vérité. Alors, tandis que je pose mon regard sur la femme qui semble plus que soulagée par mes propos quant à sa petite fille j'affiche un petit sourire sur mes lèvres. « Vous pourrez aller à la rencontre de votre fille une fois qu'elle sera réveillée et donc qu'on la montera dans sa chambre. Une fois qu'elle y sera je serais informé sur mon biper et donc je vous conduirais là-bas. » Affirmais-je avec un petit sourire tout en fixant longuement la dame, j'imagine ce qu'elle ressent. La pauvre, c'est toujours difficile de voir nos enfants se faire opérer et quand on est une maman c'est encore pire. Être maman a veut dire s'inquiéter en permanence pour nos enfants donc je suppose que son état est tout à fait normal, moi-même j'aurais réagis de la même façon. Lorsqu'elle vint alors à se justifier quant à son comportement j'acquiesce à ses mots tout en la fixant longuement affichant une petite moue triste sur mes lèvres en apprenant qu'elle a perdu des proches. Alors, lorsqu'elle vint à s'excuser quant au fait qu'elle me raconte sa petite vie j'affiche un petit sourire sur mes lèvres tout en hochant la tête négativement en signe que non elle ne me dérange pas. « Oh non rassurez vous, je ne suis pas dérange par vos paroles et puis j'ai du temps devant moi. Je suis censé rester avec vous jusqu'à ce que la petite Mai se réveille, c'est ma patiente désormais, c'est moi qui vais m'occuper d'elle jusqu'à ce qu'elle quitte l'établissement. » Expliquais-je à la mère de famille avec un petit sourire juste pour qu'elle comprenne qu'il n'y a aucun problème. « Vous savez je suis maman moi aussi donc je comprends votre comportement j'ai beau être infirmière au bloc opératoire et donc connaître parfaitement ce lieu je pense que si mon petit Arthur devait aller au bloc pour une crise d’appendicite j'aurais la même réaction que vous. Je me mettrais à pleurer et tout... Pourtant, personne ne meurt sur la table d'opération d'une crise d'appendicite, c'est le genre de choses qui n'est concrètement pas trop possible. Mais je suis une maman donc je m'inquièterais, de ce fait je vous comprends parfaitement. » Ajoutais-je d'une voix douce à la dame tout en la fixant intensément avec un petit sourire dessiné sur mes lèvres. Je ne la juge donc pas, je la comprends trop bien pour la juger sur son comportement vis à vis de sa fille...

_________________
Caitlin Irena Parker
« Parfois assumer ce que nous sommes est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense... »
Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t516-my-friends-my-loves-my-bullshit-caitlin-walsh
Maggie Kenton

Maggie Kenton

Tout va bien [Maglin#1] 1474489232-tumblr-n4bn8d0gfh1qcagtxo3-250
> messages : 70
> points : 51
> avatar : Emma Thompson
> crédits : Crom (avatar); tumblr (gifs)
> pseudo : Lulu/Crom
> autres comptes : Marianne Fleming
> âge : 59
♡ statut civil : Célibataire.
> études/métiers : Gérante d'une entreprise logistique.
> adresse : bay Village, maison #208
> à savoir sur moi : Maggie, cinquante-cinq ans, veuve, divorcée, sept enfants, gérante d’une entreprise de logistique, américaine avec des origines anglaises. Un résumé de ma vie ? J’ai perdu ma mère à quatorze ans. Je me suis mariée jeune, à dix-neuf ans, à un homme qui en avait vingt-cinq de plus. Et oui, on s’aimait. Nous avons eu trois enfants, Henry Jr, Sophie et Mary. Quand celle-ci avait un an, mon père est mort, et j’ai hérité de son entreprise. Se retrouver à la tête d’une société telle que celle-ci à vingt-cinq ans, sans la moindre expérience, c’est flippant. Mais je m’en suis sortie. Sauf que quatre ans plus tard, j’ai perdu mon mari. Et croyez moi, là, j’ai souffert. Mon monde s’est écroulé. Mais il fallait rester debout, pour les enfants. Puis je me suis remariée. Et il m’a quitté au bout de quelques mois, me laissant seule à nouveau avec mes enfants, dont le nombre était sur le point de grimper à cinq. J’étais enceinte de jumeaux. Grace et Alexander. Vous pouvez le dire, c’était un connard. Depuis, je suis célibataire. Mais pas chaste, hein, il ne faut pas trop m’en demander. Mais célibataire, oui. Je n’ai plus envie de me lancer dans une relation à long terme. Surtout qu’avec le temps, j’ai réalisé que je n’avais jamais vraiment fait le deuil de mon premier mari. Par contre, j’ai continué à agrandir la famille, en adoptant Mai d’abord, puis Femi. Voilà, en gros, ma vie.

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyMer 12 Oct - 14:48

Tout va bien

ft. Caitlin Parker

Donc, il faut que j’attende qu’elle se réveille. Attendre, toujours attendre. Je ne sais pas qui a inventé ce concept, mais la tout de suite, je le hais. Même si là au moins, je sais qu’au bout, tout ira bien. La dernière fois que je me suis retrouvée à attendre des heures dans un hôpital, je ne savais pas ce qu’il allait advenir de lui. Et le résultat n’avait pas été des plus agréables. En plus, cette fois, j’ai l’infirmière qui est là, et a priori elle va rester avec moi jusqu'à ce me Mai remonte dans sa chambre, ce qui est un soulagement aussi. C’est toujours appréciable de pouvoir connaître ne se serais-ce qu’un minimum ceux qui vont s’occuper de ses enfants. Question de confiance. C’est d’autant plus agréable que c’est une personne qui me semble intègre et sensible, et qui semble comprendre un minimum ce que je vis. Le fait qu’elle ai un fils, comme elle me le raconte, aide aussi.

Heureusement que ça ne m’est pas arrivé avec tous mes enfants … Vivre ça sept fois, je n’aurais jamais survécu. Quoique, je me serais peut-être habituée à force. Enfin, habituée c’est pas le terme, on ne peut pas s’habituer à voir ses enfants malades, mais vous voyez ce que je veux dire. L’avantage que j’ai aujourd’hui, c’est que je peux rester avec Mai sans trop devoir m’inquiéter pour les autres, ils sont tous grands et a part Femi, on tous quitté la maison. Si j’avais du encore en plus me faire du mauvais sang pour les autres, je ne m’en serais jamais sortie. Mais si je n’avais pas vécu certaines choses, j’aurais peut-être réussi à être plus sereine. Petite, j’aimais bien les hôpitaux. Peut-être que je ne comprenais pas ce que ça représentait. Mais avec la mort de ma mère, puis surtout après avec celle de mon mari, ma perception à complètement changé. Et pour mon mari, c’était aussi assez bénin au départ. Il était censé rentrer rapidement et … je ne l’ai plus revu. Je dois avoir l’air pathétique, à me remettre à pleurer. Mais ce ne sont pas les mêmes larmes. Celles-ci s’échappent de mes yeux, et ma voix vacille un peu, mais je n’en perds pas le contrôle.

Pourtant, je n’aime pas raconter ma vie au premier venu, d’habitude. Mais je pense que j’ai besoin de m’exprimer un peu, avant que ça ne me bouffe. Quand je suis dans un autre contexte, je parviens à mettre tout ça de côté, mais dès que quelque chose me le rappelle, c’est plus compliqué. Et de toute façon, puisqu’il faut attendre, autant parler pour faire passer le temps. Pardonnez-moi de vous raconter ma vie  … Je ne pensais pas que ça me reviendrais dans la face avec autant de force, je croyais vraiment être passée à autre chose, depuis le temps. Mais on dirait que non. Le week-end prochain, je vais inviter tous mes enfants, j’ai besoin de les avoir tous autour de moi là. Un début de migraine commence à m’enserrer la tête. En même temps, à force de pleurer … Il à quel âge, vôtre fils ?

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t497-maggie-you-can-t-imagine-what-satisfaction-can-be-gotten-from-throwing-a-pie-into-someone-s-face#6720
Caitlin Parker

Caitlin Parker

Tout va bien [Maglin#1] Tumblr_miuj8jzjk31s50hero1_500
« Nous acceptons l'amour que nous pensons mériter. » ~ Le monde de Charlie

> messages : 112
> points : 116
> avatar : Kate Erin Walsh, cette femme parfaite..
> crédits : Avat' GekkuNeko ; Sign' Emi Burton ; Gif Tumblr & GekkuNeko
> pseudo : GekkuNeko
> autres comptes : Pour le moment nous allons bien nous vous remercions.
> âge : 49
♡ statut civil : Je suis veuve, donc célibataire et parfois c'est un petit peu difficile...
> études/métiers : Je suis infirmière au bloc opératoire dans l'hôpital de Boston, un métier que j'aime énormément...
> adresse : Beacon Hill, villa 44
> à savoir sur moi : + Maglin ♥️
+ Natlin ♥️
+ Caitalynn ♥️

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: Tout à fait disponible

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyVen 14 Oct - 13:45


Caitlin & Maggie
Tout va bien
Quand on aime une personne, qu'importe que ce soit un membre de notre famille ou juste un ami proche c'est difficile, très difficile d'imaginer que cette personne que nous aimons est à l'hôpital et a besoin de soin. Me concernant, j'ai toujours considéré que perdre un être cher est une épreuve plus que difficile et qu'on ne sait jamais comment on doit faire pour aller de l'avant et donc s'en sortir. Quand mon mari, Bastian, est décédé disons que ce fût un moment terriblement difficile pour la femme que j'étais et d'une seconde à l'autre j'ai filé à l'anglaise tout simplement. Je ne pouvais concevoir de continuer à vivre ici à Boston alors je suis partie tout simplement, je suis paris un temps à New York, ville que j'ai appris à aimer au fil du temps qui passe et qui m'aura apporté beaucoup de positif dans ma vie ainsi que dans mon deuil. Oui, l'éloignement avec Boston m'aura fait le plus grand bien et m'aura permis par la même occasion de faire le deuil de Bastian bien que je n'y croyais pas à cette possibilité. Maintenant Bastian est mort depuis dix-neuf ans et même si c'est difficile je sais que je dois rester fort et continuer à vivre comme il se doit. Pour lui. Pour son souvenir. Tout ceci c'est très important pour moi. Je suppose donc que je peux comprendre sans trop de problèmes ce que la femme en face de moi vit en ce moment, en définitive voir son enfant à l'hôpital même pour quelque chose d'aussi simple qu'une crise d'appendicite je pense que c'est très dur. Et oui quand j'imagine que c'est mon petit bébé qui se trouve à l'hôpital dans un bloc opératoire à la place de sa petite Mai je ne peux m'empêcher d'avoir ma gorge qui se noue et un certain tremblement au niveau de mes doigts. Ouais, quand on est mère on ne peut s'empêcher de nous inquiéter, il s'agit de nos enfants, de nos petits bébés a qui nous avons donné la vie qui se trouvent dans un bloc, ce n'est donc pas n'importe quel individu et il est normal que ça fasse sérieusement flipper. « Ah oui sept quand même. C'est beau ! Vous avez une grande famille Madame. » Lâchais-je d'une voix enjouée tout en la fixant intensément avec un petit sourire plaqué sur mes lèvres. Ma phrase en soit je me dis que peut-être elle lui permettra de se changer les idées et donc de changer de sujet pour qu'elle essaye de se détendre désormais. Au bout du compte je me trompe parce qu'elle finit par me parler de ses proches décédés, je la fixe longuement affichant une petite grimace au coin de ma bouche tout en voyant la tristesse de la femme. « On ne s'en sort jamais vraiment d'une perte de quelqu'un que nous avons aimé vous savez... J'ai toujours mes parents, enfin mon père j'en suis sûre ma mère aucune idée, je ne l'ai plus revue depuis mon enfance. Mais je suis confronté à la mort très régulièrement en bossant ici et je peux vous dire que perdre une personne c'est toujours difficile. Que ça fasse dix, quinze ou trente ans ou seulement deux mois c'est toujours douloureux quand on se dit que cette personne on ne la verra plus. Mais bon, il faut avancer et se dire que cette personne souhaiterait que l'on soit heureux, c'est certainement le cas avec votre époux et aussi avec votre maman. » Assurais-je d'une voix confiante tout en fixant intensément la dame tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. J'ignore si mes mots vont lui faire du bien, qu'elle va réussir à se détendre ou quelque chose dans le genre mais je me laisse guider par mon instinct et mon instinct me conseille de lui parler tout simplement, de ne pas la laisser discuter sans répondre quoi que ce soit. Non, je dois lui parler, non seulement parce que j'en ai envie mais aussi parce que ce serait dégueulasse que je la laisse se vider sans articuler la moindre phrase. Finalement, lorsqu'elle vint à me parler de mon fils, me demandant quel âge il a j'affiche un grand sourire sur mes lèvres. « Il est un petit peu plus âgé que votre petite Mai, Arthur a vingt ans maintenant, c'est un petit battant dans la vie de tous les jours. » Répondis-je d'une voix rêveuse comme toujours en fait lorsque je parle de Arthur, mon bébé est mon combat dans la vie de tous les jours et puis c'est ma fierté aussi...

_________________
Caitlin Irena Parker
« Parfois assumer ce que nous sommes est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense... »
Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t516-my-friends-my-loves-my-bullshit-caitlin-walsh
Maggie Kenton

Maggie Kenton

Tout va bien [Maglin#1] 1474489232-tumblr-n4bn8d0gfh1qcagtxo3-250
> messages : 70
> points : 51
> avatar : Emma Thompson
> crédits : Crom (avatar); tumblr (gifs)
> pseudo : Lulu/Crom
> autres comptes : Marianne Fleming
> âge : 59
♡ statut civil : Célibataire.
> études/métiers : Gérante d'une entreprise logistique.
> adresse : bay Village, maison #208
> à savoir sur moi : Maggie, cinquante-cinq ans, veuve, divorcée, sept enfants, gérante d’une entreprise de logistique, américaine avec des origines anglaises. Un résumé de ma vie ? J’ai perdu ma mère à quatorze ans. Je me suis mariée jeune, à dix-neuf ans, à un homme qui en avait vingt-cinq de plus. Et oui, on s’aimait. Nous avons eu trois enfants, Henry Jr, Sophie et Mary. Quand celle-ci avait un an, mon père est mort, et j’ai hérité de son entreprise. Se retrouver à la tête d’une société telle que celle-ci à vingt-cinq ans, sans la moindre expérience, c’est flippant. Mais je m’en suis sortie. Sauf que quatre ans plus tard, j’ai perdu mon mari. Et croyez moi, là, j’ai souffert. Mon monde s’est écroulé. Mais il fallait rester debout, pour les enfants. Puis je me suis remariée. Et il m’a quitté au bout de quelques mois, me laissant seule à nouveau avec mes enfants, dont le nombre était sur le point de grimper à cinq. J’étais enceinte de jumeaux. Grace et Alexander. Vous pouvez le dire, c’était un connard. Depuis, je suis célibataire. Mais pas chaste, hein, il ne faut pas trop m’en demander. Mais célibataire, oui. Je n’ai plus envie de me lancer dans une relation à long terme. Surtout qu’avec le temps, j’ai réalisé que je n’avais jamais vraiment fait le deuil de mon premier mari. Par contre, j’ai continué à agrandir la famille, en adoptant Mai d’abord, puis Femi. Voilà, en gros, ma vie.

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyDim 16 Oct - 18:11

Tout va bien

ft. Caitlin Parker

C’est vraiment agréable de pouvoir parler à quelqu’un qui s’intéresse vraiment à ce qu’on dit, même si en vérité je ne fais que raconter ma vie, ce qui pour cette pauvre infirmière ne doit pas avoir beaucoup d’intérêt, mais elle a la décence de ne pas le montrer et de participer à la conversation. Je la suspecte de vouloir me changer les idées, ce qui part d’une bonne intention mais qu’elle va avoir du mal à réaliser. Je souris à sa réaction. J’ai l’habitude, maintenant, les gens on souvent la même. C’est vrai qu’avec du recul, si on m’avait dis quand j’avais vingt ans que j’aurais sept enfants, j’aurais probablement éclaté de rire. Je n’y aurais jamais cru, ça m’aurait paru être une folie. Mais quand j’y repense, ça s’est fait tout à fait naturellement, sans même que je m’en rendre compte, sans difficultés. Evidemment, ce n’est pas facile tout les jours, mais ça ne m’a jamais semblé être un fardeau, bien au contraire. Haha, oui, tout le monde me dis ça. C’est vrai que sur le papier, sept ça peut faire peur, mais une fois qu’on est dedans, c’est plus un bonheur qu’autre chose. Et ça aide considérablement à traverser les épreuves. Mais ils sont assez espacés en âge, c’était plus facile que s’ils avaient tous été nés les uns à la suite des autres. Mon aîné à trente-cinq ans déjà, et Mai est la plus jeune.

Pfiou, ça ne me rajeunit pas, tout ça. Je me revois encore lorsque Henry est né, le bonheur que j’ai ressenti, cette impression que ma vie était absolument parfaite et que rien ne pourrais jamais venir changer ça. Je me sentais invincible. Dieu que j’étais naïve. Si j’avais su ce qui m’attendait … Heureusement que j’en étais inconsciente, je n’aurais jamais eu le courage de vivre ma vie sinon. Tous ces beaux souvenirs sont teintés d’une forme de mélancolie, inévitablement, puisqu’elle me rappelle aussi ce que j’ai perdu. Ne croyez pas que je regrette ce qui c’est passé dans ma vie, les regrets sont une chose que me refuse à avoir, parce que dans l’ensemble, je suis heureuse avec la vie que j’ai aujourd’hui, avec ma famille. Mais je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’aurais été mon existence et celle de mes enfants si les choses s’étaient déroulées autrement. Mon interlocutrice affiche un sourire aimable mais qui me semble légèrement triste par instant, ce que ses paroles me confirment. Je crois que c’est un métier que je ne pourrais pas faire, je serais incapable de vivre avec la mort au quotidien, même s’il s’agit d’inconnus. Mais je sais qu’au fond, elle a raison. C’est ce que j’essaye de me dire, et je le répète souvent à mes enfants. Mais je crois que le plus dur ce n’était pas tellement, dans le cas de mon mari, qu’il me manquait, même si j’ai fini par réaliser que c’était le cas. Je crois que j’ai pendant longtemps réussi à me mentir à moi-même à ce sujet. Mais c’était plus de savoir qu’il ne verrait pas ses enfants grandir, et qu’eux grandiraient sans lui. J’ai fait le deuil de ma mère il y a longtemps, mais celui d’Henry, je crois que je n’ai jamais vraiment pris le temps de le faire.

Quelque chose me dis qu’une fois que toute cette histoire sera terminée, j’irais faire un tour au cimetière. Ca ne peut que me faire du bien, ça fait un moment que je n’y suis pas allée. Au final, elle a réussi. Certes, le sujet de discussion n’est pas des plus gai, et mes mauvais souvenirs sont toujours là, mais au moins je peux les exprimer, ce qui est bien plus sain que de les garder enfouis, et mon inquiétude est passée au second plan, je n’y pense presque plus. Elle est toujours présente, mais elle reste en retrait, ce dont je suis assez reconnaissante. Ah, vingt ans … Le début de la vie ! Ca fait toujours bizarre de voir nos bébés devenir adultes. J’ai eu un mal fou à laisser partir mes jumeaux, et pourtant, j’avais déjà fait ça trois fois. Et mon aîné à beau être un adulte responsable et indépendant, c’est toujours mon petit bébé. C’est fou quand même. Et dire qu’a vingt ans j’étais déjà mariée, et maman … Ca semble si loin et en même temps, si proche …

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t497-maggie-you-can-t-imagine-what-satisfaction-can-be-gotten-from-throwing-a-pie-into-someone-s-face#6720
Caitlin Parker

Caitlin Parker

Tout va bien [Maglin#1] Tumblr_miuj8jzjk31s50hero1_500
« Nous acceptons l'amour que nous pensons mériter. » ~ Le monde de Charlie

> messages : 112
> points : 116
> avatar : Kate Erin Walsh, cette femme parfaite..
> crédits : Avat' GekkuNeko ; Sign' Emi Burton ; Gif Tumblr & GekkuNeko
> pseudo : GekkuNeko
> autres comptes : Pour le moment nous allons bien nous vous remercions.
> âge : 49
♡ statut civil : Je suis veuve, donc célibataire et parfois c'est un petit peu difficile...
> études/métiers : Je suis infirmière au bloc opératoire dans l'hôpital de Boston, un métier que j'aime énormément...
> adresse : Beacon Hill, villa 44
> à savoir sur moi : + Maglin ♥️
+ Natlin ♥️
+ Caitalynn ♥️

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: Tout à fait disponible

Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] EmptyMar 18 Oct - 14:41


Caitlin & Maggie
Tout va bien
Avoir une famille nombreuse c'est quelque chose que j'aurai aimé avoir mais bon, en vue de mon âge et bien ce sera compliqué voir même tout simplement impossible parce que je commence déjà à perdre petit à petit mes règles ce qui ne présage rien de bon. Non, je dois me rendre à l'évidence, je vieillis petit à petit et même si c'est vraiment très triste je dois me faire une raison, accepter les choses et puis faire avec tout simplement. Bien sûr, je pourrais toujours adopter des enfants mais disons qu'avec mon métier ce n'est pas trop une idée, je suis quand même infirmière au bloc opératoire, je bosse donc dans la médecine et c'est bien connu dans la médecine on a pas forcément beaucoup de temps pour avoir une vie en dehors de l'hôpital. Si cette simple phrase peut faire cliché quand on l'entend et bien je peux garantir que ce n'est absolument pas un cliché, c'est réel. Lorsqu'on veut faire carrière dans la médecine il faut s'attendre à ce que ce soit difficile pour aligner vie professionnelle et vie privé. C'est à dire que si on est appelé en pleine nuit pour une opération d'urgence et bien on doit s'y rendre et tant pis si on est censé être chez nous ce soir. Bon, je ne cache pas que ce genre d'appel sont vraiment très rares et que s'ils ont la possibilité de se démerder avec le personnel déjà présent sur place ils le font mais si vraiment c'est une très grosse opération là par contre ils appellent et nous on se doit d'être présent et ce, peu importe l'heure qu'il est. Au bout du compte à force d'être dans ce milieu compliqué qu'est la médecine on en vient facilement au fait qu'on va avoir du mal a avoir une vie en dehors de l'hôpital, moi en tout cas j'en suis rapidement venu à penser ainsi. Enfin bon après je suis infirmière au bloc, j'aurais été simplement infirmière les choses auraient sans nul doute été différentes mais non j'ai souhaité faire le métier compliqué donc... A moi de me faire une raison. Doucement alors tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur la femme je souris et acquiesce en entendant ses mots. « Je vous envie quand même. Moi aussi j'aurais adoré avoir une vie entouré d'enfants, enfin j'entends bien avoir une grande famille. Mais bon, vous comprendrez bien qu'avec le métier que j'exerce c'est compliqué et si je fais des enfants c'est pour qu'ils soient heureux et qu'ils puissent compter sur moi. Hors, avec mon métier c'est plus compliqué... » Avouais-je à la dame tout en me mordillant la lèvre inférieure quelque peu blasée pour le coup. Je ne suis certainement pas la maman de l'année, j'en suis parfaitement consciente, je ne serais certainement pas la mère idéale et tout ceci à cause de mon métier. Mais, j'aime mon petit Arthur, ça c'est un fait indéniable et j'ai tout sacrifié pour lui et je n'hésiterais pas à le refaire s'il fallait. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je fixe la femme qui me parle de son époux ainsi que de sa mère tous deux décédés il y a longtemps visiblement, en entendant ses mots je ne peux m'empêcher d'acquiescer. « En fait, faire un deuil peut prendre énormément de temps. En soit ça dépend de la manière dont la personne est décédée, si par exemple une personne meurt d'une maladie là bon on se dit que ça devait arriver et donc faire un deuil est plus simple. Par contre si une personne meurt d'un accident de la route ou encore tué par une autre personne là c'est largement plus compliqué de faire le deuil et ça peut prendre un temps plus que considérable. Mais bon, d'une manière ou d'une autre il faut savoir laisser partir cette personne. Moi de même j'ai perdu une personne essentielle à ma vie il y a dix-neuf ans maintenant bon et bien ce fût douloureux mais j'ai su avancer. Je me suis concentré sur mon fils ainsi que mon travail, j'ai également déménagé pour oublier et après je me suis senti un peu mieux, vous voyez ? » Expliquais-je à la femme tout en la scrutant intensément. D'une certaine manière elle et moi on se ressemble, elle a perdu sa maman je l'ai perdue aussi mais pas par la mort. Elle a perdu son mari par la mort, je l'ai perdu également par la mort, on se ressemble, nous avons un vécu plus que similaire, c'est quelque chose que je découvre petit à petit à chaque fois qu'elle ouvre sa bouche, c'est très intéressant, je trouve.... Alors, lorsque la femme et moi en venons à parler de mon fils je ne peux m'empêcher de sourire puis de rire en entendant ses mots. « Pareil pour moi, quand je repense à ma vie il y a vingt ans oh disons qu'elle a beaucoup changée entre temps ma vie, du moins, sur certains points en tout cas. » Répondis-je d'une voix douce à la dame tout en affichant un petit sourire amusé sur mes lèvres. Oui, en soit j'ai changé dans le sens où désormais je ne dis plus mon âge à quiconque de peur qu'on sache que je suis une quarantenaire chose que je ne supporte pas, bref j'aime me faire passer pour plus jeune. Et puis j'ai changé sur d'autres choses aussi, j'ai fais comme tout le monde j'ai évolué au fil du temps...

_________________
Caitlin Irena Parker
« Parfois assumer ce que nous sommes est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense... »
Revenir en haut Aller en bas
https://ohana.forumgratuit.ch/t516-my-friends-my-loves-my-bullshit-caitlin-walsh

Contenu sponsorisé


Tout va bien [Maglin#1] Empty
MessageSujet: Re: Tout va bien [Maglin#1] Tout va bien [Maglin#1] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout va bien [Maglin#1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Movis-straming[100% DVDRIP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OHANA :: BOSTON :: south :: west roxbury-