AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nys ღ wish we could go back time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



the smile on my mouth is hiding the words that don't come out

> messages : 360
> points : 40
> avatar : julianne hough
> crédits : ©shya
> pseudo : the mad hatter
> autres comptes : gwen whitfield
> âge : 30
♡ statut civil : célibataire

> études/métiers : responsable de communication pour Aberdeen Group et hackeuse à ses heures
> adresse : north end #164
> à savoir sur moi : j'ai une soeur jumelle, riley, dont je suis très proches + j'ai un demi-frère et une demi-soeur + mon père était un alcoolique + j'ai peur que ce soit génétique alors je ne bois pas + je suis convaincue qu'on a plus qu'un âme soeur + j'adore l'informatique + je travaille dans les relations publiques par défaut + j'aime l'anonymat que j'ai derrière mon écran + je vis dans un appartement payé par ma boîte + je collabore très peu avec mes collègues + je ne regarde jamais la télévision + j'écoute de la musique en travaillant + je me maquille très peu + je préfère l'hiver + j'aime les orage + je passe des journées entières sans sortir de chez moi + je n'aime pas cuisiner + je jure très souvent + je n'ai jamais aimé les règlements + je 'pirate' tous les films que je regarde.

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: oui

MessageSujet: nys ღ wish we could go back time Dim 14 Aoû - 19:31

- Nys Hawkins -
wish we could go back time
PRÉNOM(S) + nys. NOM + hawkins. ÂGE + vingt-neuf ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE +  le 1er juillet 1987 à boston. ORIGINES ET NATIONALITÉ + américaine. MÉTIERS/ÉTUDES + attachée de presse pour aberdeen group et hacker à ses heures. SITUATION FINANCIÈRE + aisée. ORIENTATION SEXUELLE + hétérosexuelle. STATUT CIVIL + célibataire. TRAITS DE CARACTÈRE + curieuse + généreuse + secrète + intelligente + têtue + soignée + fonceuse + gourmande + énergique + impatiente. GROUPE + charlotte.
This is your fairytale

QUE PENSES-TU DE LA VILLE DE BOSTON ? + j'aime beaucoup la ville de boston, mais je ne pense pas être objective parce que c'est là que je suis née et c'est aussi là que se sont déroulés la grande majorité de mes souvenirs.
TA FAMILLE, TU LA DÉCRIRAIS COMMENT ? + le moins que l'on puisse dire, ce que nous sommes originaux sans l'être. mon père est parti quand ma soeur jumelle et moi n'avions qu'un an et ma mère, Tara, s'est remariée avec Paul, avant d'avoir deux autres enfants, une fille et un garçon.
COMMENT TE VOIS-TU DANS 10 ANS ? + j'espère ne pas être en prison et continuer à faire ce qu'il me plaît. je suis pas une grande fan des prévisions, mais si je peux rencontrer un mec pas trop casse-co*illes ça serait un plus.
20 CHOSES À SAVOIR SUR TOI + j'ai une soeur jumelle, riley, dont je suis très proches + j'ai un demi-frère et une demi-soeur + mon père était un alcoolique + j'ai peur que ce soit génétique alors je ne bois pas + je suis convaincue qu'on a plus qu'un âme soeur + j'adore l'informatique + je travaille dans les relations publiques par défaut + j'aime l'anonymat que j'ai derrière mon écran + je vis dans un appartement payé par ma boîte + je collabore très peu avec mes collègues + je ne regarde jamais la télévision + j'écoute de la musique en travaillant + je me maquille très peu + je préfère l'hiver + j'aime les orage + je passe des journées entières sans sortir de chez moi + je n'aime pas cuisiner + je jure très souvent + je n'ai jamais aimé les règlements + je 'pirate' tous les films que je regarde.
We all want a happy ending

PRÉNOM/PSEUDO + hélène / the mad hatter. ÂGE + vingt-trois ans. PAYS + suisse. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + en le créant. SCÉNARIO, PRÉ-LIEN OU PERSONNAGE INVENTÉ + inventé. FRÉQUENCE DE CONNEXION + tous les jours ou presque. CRÉDITS + tumblr (icons) unknown (image principale) shya (avatar) LE MOT DE LA FIN + faim.

Code:
<pris>julianne hough</pris> + nys hawkins


Dernière édition par Nys Hawkins le Mar 16 Aoû - 10:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsanstitre.forumgratuit.ch/t106-nys-wish-we-could-go-back-time
avatar



the smile on my mouth is hiding the words that don't come out

> messages : 360
> points : 40
> avatar : julianne hough
> crédits : ©shya
> pseudo : the mad hatter
> autres comptes : gwen whitfield
> âge : 30
♡ statut civil : célibataire

> études/métiers : responsable de communication pour Aberdeen Group et hackeuse à ses heures
> adresse : north end #164
> à savoir sur moi : j'ai une soeur jumelle, riley, dont je suis très proches + j'ai un demi-frère et une demi-soeur + mon père était un alcoolique + j'ai peur que ce soit génétique alors je ne bois pas + je suis convaincue qu'on a plus qu'un âme soeur + j'adore l'informatique + je travaille dans les relations publiques par défaut + j'aime l'anonymat que j'ai derrière mon écran + je vis dans un appartement payé par ma boîte + je collabore très peu avec mes collègues + je ne regarde jamais la télévision + j'écoute de la musique en travaillant + je me maquille très peu + je préfère l'hiver + j'aime les orage + je passe des journées entières sans sortir de chez moi + je n'aime pas cuisiner + je jure très souvent + je n'ai jamais aimé les règlements + je 'pirate' tous les films que je regarde.

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: nys ღ wish we could go back time Dim 14 Aoû - 19:49

- Family Business -
WISH WE COULD GO BACK TIME
"Mademoiselle Hawkins, merci de me suivre dans mon bureau." Je coopérai sans discuter puisque je savais très bien pourquoi le recteur de l'université m'avait convoquée si peu de temps après la fin de la session d'examens. Quelqu'un m'avait dénoncée, il n'y avait pas d'autres moyens pour que la direction ait su que c'était moi qui avait modifié les résultats des examens de tous les élèves de ma classe. < Depuis que j'étais petite, j'avais toujours aimé les ordinateurs. Maman ne m'aurait certainement pas laissé en acheter un en temps normal, mais puisque papa était parti à cause de son alcoolisme et que maman avait rencontré Paul, qui voulait bien se faire voire en tant que beau-père... résultat, j'avais eu droit à mon ordinateur et j'en avais clairement fait usage. Bien entendu, j'avais le droit à un certain temps dessus chaque jour, mais je me relevais régulièrement la nuit pour l'utiliser ou alors je demandais à Riley d'occuper maman pour qu'elle ne voit pas l'heure et que je puisse y rester plus longtemps. Les choses ne s'étaient pas améliorées au lycée. J'avais pris l'option informatique puisque ma vie tournait pas mal autour de ça. "Mademoiselle Hawkins, vous êtes au courant que vos notes et vos travaux extracurriculaires en classe d'informatique ne vont pas vous aider à passer votre année si vous continuer à faire des notes aussi catastrophiques en espagnol.. está claro ?" J'avais beau être très douée avec les langages informatiques tel que java et c++, les langues vivantes ne me parlaient pas vraiment. Et Madame Navarro n'allait pas m'aider à m'y intéresser avec ses cours ennuyeux au possible. "Riley, au secours... j'ai besoin de ton aide pour l'espagnol. La grosse dinde m'a de nouveau affichée devant toute la classe parce que j'ai foiré mon contrôle. Il faut absolument que je rende un bon dossier, sinon elle va me couler." J'aimais très peu de cours. À vrai dire je n'étais pas quelqu'un de très scolaire, ce qui rendait presque incompréhensible ma décision d'entreprendre des études universitaires quelques années plus tard. Heureusement que ma chère soeur était patiente et qu'elle me filait un coup de main de temps en temps, sinon j'aurais sûrement raté mon année et je me serais vengée en changeant le nom de mes profs pour des aberrations telles Madame La Truie, Monsieur L'Ordure et autres sur le site de l'école. J'avais donc réussi ma scolarité, avec un peu d'aide, et, alors que tout le monde pensait que j'allais abandonner les études, je m'étais inscrite à l'université en faculté d'informatique. Je n'avais pas été acceptée grâce à mes notes, puisque je n'avais clairement pas des notes assez impressionnantes pour avoir droit à une place dans cette université. J'avais soumis un code informatique suffisamment impressionnant au responsable de la faculté pour qu'il convainque le recteur de m'accepter comme étudiante. C'était donc plutôt au culot que j'avais fini par pouvoir commencer mes études. C'était aussi à cause de mon maudit culot que j'avais été sur le site de l'université changer les notes de toute la classe. En même temps c'était un challenge lancé par un des profs, je n'aurais pas du être punie. Bon d'accord, quand je parle de challenge, je suis un peu laxiste, mais il avait clairement dit "Le site de l'université est l'un des sites les plus sécurisé au monde et même les génies de l'informatique ne peuvent le hacker." Si ce n'était pas une sorte de challenge... J'avais donc hacké le site et changé les notes de toute ma classe pour ce cours, en mettant la note maximale à tous. Après tout nous ne méritions pas moins pour l'avoir supporté tout le semestre. Malheureusement pour moi, un abruti de ma classe m'avait visiblement dénoncée à la direction puisque je ne me serai jamais retrouvée ici à cause d'une erreur de ma part. Je n'avais laissé aucune trace et je le savais parfaitement. >


"Je vais être bref. Vous avez clairement enfreint le règlement de l'université. En aucun cas avez-vous le droit de tempérer avec les notes des élèves sur les site de l'université. D'ailleurs vous n'avez pas à tempérer avec le site tout court et vous le savez très bien." Je m'assis sur le siège qu'il désigna d'un air sévère. "Je tenais simplement à démontrer les faiblesses du site. J'ai volontairement mis des notes identiques à tout le monde pour que la manipulation soit visible. Vous noterez qu'en aucun cas je n'ai cherché à m'avantager puisque j'avais déjà la note maximale pour ce cours, au contraire de mes camarades." Ce n'était pas le cas du tout, mais avant de faire ce que j'avais fait, j'avais cherché toutes les excuses que je pourrais utiliser au cas où je me faisais prendre. Et au vu de la situation dans laquelle je me retrouvais en ce moment, j'avais eu bien raison de préparer des explications. J'espérais qu'avec un tel raisonnement, j'aurais une chance de m'en sortir, mais vu l'expression du directeur en face de moi cela me paraissait peu probable. "Je comptais vous expulser, mais l'un de vos professeurs vous a suffisamment défendu pour que vous soyez uniquement exclue de la faculté." Je le regardai avec étonnement. Je m'étais attendue à une sanction telle qu'une suspension ou alors un redoublement, mais pas à cela. Je ne regrettais pas ce que j'avais fait, mais le fait d'être exclue de la faculté m'énervais énormément. J'étais clairement l'élève la plus douée de la classe, si ce n'est de la faculté. Je ne pensais pas avoir besoin de suivre ces cours pour apprendre quoi que ce soit puisque j'avais toujours trouvé toute l'aide dont j'avais besoin sur internet et que le reste je connaissais déjà. Ce qui m'énervait c'est que ces abrutis me sanctionnent alors que j'étais persuadée qu'ils se demandaient encore comment j'avais pu franchir toutes les soit-disant sécurités qu'ils avaient mises en place. En fait, j'avais de la peine à comprendre pourquoi j'étais exclue que de la faculté d'informatique. "Donc je peux rester à l'université tant que je suis pas en faculté d'informatique, c'est sérieux ?" Le fait que l'un de mes professeurs d'informatique lui ait vanté mes mérites avaient visiblement fait ressortir son côté sadique puisqu'il avait choisi de m'enlever la chose qui me plaisait le plus. En riant intérieurement je décidais de le provoquer. "Si je voulais m'inscrire en communication et médias par exemple, je pourrais le faire ? Ce n'est pas comme si les médias et la communication pouvaient être fait sans utiliser un ordinateur et internet, mais soit il n'y avait pas pensé, soit il était tout simplement débile. "Si vous continuez avec cette attitude, je pourrais très bien changer d'avis et vous expulser tout simplement mademoiselle Hawkins" Je m'étais donc tue et avait salué le recteur avant de sortir de son bureau. Sur un coup de tête et parce que je trouvais son erreur très ironique, j'avais marché jusqu'au secrétariat qui avait déjà été notifié de mon exclusion de la faculté d'informatique et j'avais demandé à pouvoir refaire ma première année, mais en communication et médias cette fois-ci. Heureusement que je n'avais pas été plus loin dans mes études avant d'être expulsée car j'aurais détesté perdre plus de temps que ça. Il ne me restait donc plus qu'à attendre la reprise des cours avec mes nouveaux camarades et je savais très bien comment m'occuper jusque là. "Nys, tu t'es sérieusement fait expulser de la faculté ?! Quand maman et Paul vont l'apprendre, ils vont te tuer." Ma soeur savait toujours quoi dire pour me réconforter, mais là elle avait visiblement été dépassée par le choc. "Je vais pas le leur annoncer tout de suite. Si j'attends d'avoir validé des cours dans mon nouveau programme je pense que ça passera mieux. Tu me couvres ?"


Dernière édition par Nys Hawkins le Sam 20 Aoû - 9:53, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsanstitre.forumgratuit.ch/t106-nys-wish-we-could-go-back-time
avatar



the smile on my mouth is hiding the words that don't come out

> messages : 360
> points : 40
> avatar : julianne hough
> crédits : ©shya
> pseudo : the mad hatter
> autres comptes : gwen whitfield
> âge : 30
♡ statut civil : célibataire

> études/métiers : responsable de communication pour Aberdeen Group et hackeuse à ses heures
> adresse : north end #164
> à savoir sur moi : j'ai une soeur jumelle, riley, dont je suis très proches + j'ai un demi-frère et une demi-soeur + mon père était un alcoolique + j'ai peur que ce soit génétique alors je ne bois pas + je suis convaincue qu'on a plus qu'un âme soeur + j'adore l'informatique + je travaille dans les relations publiques par défaut + j'aime l'anonymat que j'ai derrière mon écran + je vis dans un appartement payé par ma boîte + je collabore très peu avec mes collègues + je ne regarde jamais la télévision + j'écoute de la musique en travaillant + je me maquille très peu + je préfère l'hiver + j'aime les orage + je passe des journées entières sans sortir de chez moi + je n'aime pas cuisiner + je jure très souvent + je n'ai jamais aimé les règlements + je 'pirate' tous les films que je regarde.

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: nys ღ wish we could go back time Dim 14 Aoû - 19:49

- Family Business -
WISH WE COULD GO BACK TIME
"On a une célébrité dans la classe les gars. C'est la fille qui a trafiqué les notes sur le site de l'université." Visiblement mes exploits avaient été diffusés dans toute l'université puisque mes camarades avaient immédiatement su que j'étais la 'hackeuse'. Je n'étais pas celle qui avait répandu l'information. Même si j'étais très fière de ce que j'avais fait et du message que j'avais envoyé, je ne voulais pas que ça détermine ce que les gens pensaient de moi et je n'en avais donc pas parlé pour que mes camarades me voient comme n'importe quel autre étudiant de la classe. C'était clairement raté puisque cela faisait à peine quelques minutes que j'étais en classe et j'étais au centre de l'attention. "Ouais bah compte pas sur moi pour te mettre autre chose qu'un zéro." Je ne comptais pas me laisser définir par mon passé, mais je sentais que le contraire serait très difficile. Je m'étais donc inscrite à une majorité de cours ne demandant pas d'être présent, mais simplement de consulter les documents mis en ligne et de produire des dossiers ou des analyses en lien avec la matière. Ainsi je n'aurais à côtoyer les autres étudiants que pendant quelques heures par semaines et pas tous les jours. | "Nys, tu m'avais dit que tu annoncerais la nouvelle à maman après un semestre. On est en mars, je pense que t'as assez attendu." Ma soeur avait raison. Après un premier semestre réussi avec succès, je pouvais maintenant annoncer une bonne nouvelle à mes parents pour les distraire du fait que j'avais été expulsée. "T'as raison Riley. Je vais tout leur raconter ce week-end, quand on sera tous à la maison." N'ayant pas d'autres raisons de reporter le partage de la nouvelle de mon exclusion de la faculté d'informatique avec le reste de ma famille, j'avais donc partagé cette information avec ma mère et mon beau-père durant le week-end. Riley m'avait soutenue et mes adorables demi-frère et demi-soeur avaient eu le tact de me féliciter pour mon semestre réussi en communication et médias plutôt que de s'attarder sur mon expulsion. Mes 'parents' avaient eu un choc concernant ma nouvelle, mais ils avaient fini par l'accepter. Ma mère m'avait indiqué qu'elle regrettait mon comportement, mais qu'elle était contente de savoir que je me plaisais dans mon nouveau programme. Et c'était réellement le cas. Même si j'avais initialement choisi de changer pour cette faculté simplement pour énerver le recteur et lui montrer que sa décision était ridicule. Les premiers cours qui m'avaient intéressée étaient en lien avec internet, mais j'avais fini par m'intéresser aux autres cours aussi. Ils me demandaient plus de travail puisque je ne maîtrisais absolument pas la matière. Seulement, alors que j'avais pensé que le besoin de travailler – chose que j'avais toujours abhorrée durant mes précédentes études – me découragerait, j'étais passionnée par ce que je découvrais. Mes premiers dossiers étaient très simples et correspondaient au minimum requis, mais avec le temps je prenais un plaisir fou à pousser la recherche plus loin et à rendre des travaux de plus en plus longs. Ma réussite au cours du premier semestre se révéla annonciatrice de résultats tout aussi probants au cours des semestres suivants. J'avais donc fini ma première année, avec une douzaine de mois de retard sur ce qui était prévu, et ma deuxième année sans la moindre embûche. Au cours de ma troisième année, je me rendis compte que le fait d'avoir été expulsé de la faculté d'informatique avait été une très bonne chose dans le fond puisque je m'épanouissais plus dans mes nouvelles études.


"T'es au courant qu'on est en train de rompre à cause de ton père et que ça n'a rien à voir avec nous. En plus tu l'as jamais connu !" Cela faisait six mois que je fréquentais William. Nous nous étions rencontrés à la fin de notre dernière année universitaire. Il avait fait le même diplôme en communication et médias et moi et nous avions collaboré sur un projet avant de nous rendre compte que nous nous entendions très bien et que nous souhaitions plus. Comme presque toujours dans une relation, les premiers mois avaient été idylliques et nous étions fous l'un de l'autre. Cependant, avec le temps nous avions appris à reconnaître les défauts de l'autre et ce qui nous semblait devoir durer pendant une vie entière s'effritait petit à petit. Dès que j'avais observé la tendance de William à boire un verre dès qu'il rencontrait la moindre difficulté. Je pouvais comprendre qu'on ait envie de boire un verre de vin en mangeant un bon repas même si je ne le faisais pas, mais là on n'en était plus à ce stade. Et ce n'était pas comme si on était des premières années qui venaient de découvrir les joies de l'alcool et de la fête et que nous sortions avec tous nos amis nous bourrer la gueule. Il suffisait qu'on se contrarie une seconde pour qu'il aille se descendre une bière ou un verre de whisky. Je n'avais jamais connu mon père pendant qu'il vivait avec nous et qu'il était alcoolique, mais ma mère nous en avait parlé une ou deux fois et je reconnaissais un peu de William dans ses récits. J'avais donc demandé à plusieurs reprises à mon compagnon de moins lever le coude, mais cela n'avait pas eu d'effet et il se braquait à chaque fois en me reprochant mes propres torts. Certes je n'étais pas sans défauts, je n'allais jamais le prétendre, mais j'aurais souhaité qu'il comprenne ce que je traversais. La situation empirant, je lui avais mis un ultimatum qui n'avait pas eu d'effet et j'avais donc pris la décision de mettre un terme à notre relation. "Mais pourquoi tu mêles ma famille à tout ça ? Tu as jamais cherché à me comprendre et tu me juges. Tu crois peut-être que t'es parfait ?!" Nous n'avions assez clairement pas eu une séparation amicale et nos rapports s'étaient arrêtés là. Je revis William lors d'un entretien d'embauche dans une boîte où nous avions visiblement postulé tous les deux. Aberdeen Group, une compagnie basée sur la technologie et les affaires, était une entreprise qui m'intéressait depuis le début de mes études en communication et médias. Ils étaient souvent au centre de discussions assez controversées. J'avais postulé, comme de nombreux autres candidats quand un de leurs attachés de presse s'était fait virer pour avoir divulgué des informations confidentielles à un concurrent. Je n'avais pas beaucoup d'expérience, mais j'étais convaincue que mon profil légèrement atypique serait un atout dans cette course. J'eus raison de postuler, puisqu'après quelques entretien j'obtins le poste. Ma formation dans l'entreprise fut très brève et je me retrouvais bientôt l'une des deux responsables de communication pour cette entreprise. Mon collègue était bien plus âgé et expérimenté que moi, mais il maîtrisait beaucoup moins les moyens de communication moderne. Nous n'avions pas de peine à collaborer puisque nous nous étions répartis les fonctions selon nos points forts respectifs. J'avais énormément de chance, non seulement de pouvoir travailler pour une compagnie de cette importance, mais aussi d'avoir de telles responsabilités en début de carrière. Il m'arriva une ou deux fois de hacker des sites divulguants de fausses informations sur l'entreprise pour que mon travail de 'propagande' ne soit pas saboté. Je ne devais pas mentir sur l'entreprise, je n'en aurais jamais été capable. Je devais simplement diffuser une bonne image, en mettant en avant les contributions d'Aberdeen Group à de bonnes causes.


Dernière édition par Nys Hawkins le Sam 20 Aoû - 9:53, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsanstitre.forumgratuit.ch/t106-nys-wish-we-could-go-back-time
avatar



the smile on my mouth is hiding the words that don't come out

> messages : 360
> points : 40
> avatar : julianne hough
> crédits : ©shya
> pseudo : the mad hatter
> autres comptes : gwen whitfield
> âge : 30
♡ statut civil : célibataire

> études/métiers : responsable de communication pour Aberdeen Group et hackeuse à ses heures
> adresse : north end #164
> à savoir sur moi : j'ai une soeur jumelle, riley, dont je suis très proches + j'ai un demi-frère et une demi-soeur + mon père était un alcoolique + j'ai peur que ce soit génétique alors je ne bois pas + je suis convaincue qu'on a plus qu'un âme soeur + j'adore l'informatique + je travaille dans les relations publiques par défaut + j'aime l'anonymat que j'ai derrière mon écran + je vis dans un appartement payé par ma boîte + je collabore très peu avec mes collègues + je ne regarde jamais la télévision + j'écoute de la musique en travaillant + je me maquille très peu + je préfère l'hiver + j'aime les orage + je passe des journées entières sans sortir de chez moi + je n'aime pas cuisiner + je jure très souvent + je n'ai jamais aimé les règlements + je 'pirate' tous les films que je regarde.

> more about me
> adress book:
> to do list:
> disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: nys ღ wish we could go back time Dim 14 Aoû - 19:50

- Family Business -
citation de votre choix
Cinq ans après mon entrée dans le monde professionnel, peu de choses avaient changé dans ma vie. J'avais eu droit à une promotion puisque mon collègue et co-responsable s'était offert une très sympathique retraite anticipée aux Philippines. Au lieu de promouvoir un nouveau co-responsable, la direction m'avait proposé de gérer le département de façon autonome. J'avais évidemment accepté et j'étais donc devenue à 28 ans, la responsable de communication. Les avantages étaient intéressants puisque j'avais droit à mon propre appartement de fonction non loin du bureau. Par contre, même en déléguant tout ce que je pouvais, j'alignais les heures et ma vie sociale était assez réduite. Bien entendu, je voyais très régulièrement Riley, mais sinon je peinais un peu à garder le contact avec tout le monde. J'avais tenté de rencontrer quelqu'un, mais je n'avais pas rencontré une personne qui m'avait donné envie de changer mon rythme. En général, après quelques rendez-vous, je finissais par me lasser si je n'avais pas déjà fait fuir le garçon avec mon mode de vie peu conventionnel. Heureusement pour moi, je ne rencontrai pas Andrew dans un tel contexte. J'avais rencontré Andrew justement parce que j'avais un mode de vie peu conventionnel. Il travaillait comme chasseur de tête – c'est à dire que des boîtes lui envoyait le profil qu'ils recherchaient pour un poste et qu'il était chargé de trouver la personne idéale et de la convaincre. La première fois que nous nous étions croisés, j'avais failli lui rentrer dedans en sortant de mon bureau. "Mademoiselle Hawkins, cela fait plusieurs jours que je vous cherche. J'espérais pouvoir discuter un peu avec vous, si vous avez une minute à m'accorder." Je le regardai avec désarrois. Mon assistant m'avait mentionné qu'un charmant jeune homme était passé au bureau à plusieurs reprises au cours de la semaine pendant que j'étais en conférence. Je n'avais aucune idée des raisons de sa visite et puisqu'il ne travaillait visiblement pas pour Aberdeen Group je me permis de m'esquiver. "Je suis désolée, mais ça va devoir attendre un peu. Je n'ai absolument pas le temps en ce moment, c'est vraiment la course. Donnez votre numéro à Xavier et je vous appellerai quand j'aurais une minute." Ce fut à son tour d'être désemparé. Visiblement il ne s'attendait pas à cette réponse. Je regardai Xavier avec un regard interrogatif. Aurais-je du reconnaître mon interlocuteur ? Avais-je involontairement refusé un entretien avec un nouveau ponte de la boîte ? Non, je savais qu'il ne bossait pas pour nous, du moins pas à un poste important puisque c'était moi qui recevait les avis de nomination afin de les publier. N'ayant pas plus de temps à perdre, je filai à la réunion où j'étais attendue, tout en me faisant une note mentale de l'appeler au plus vite, des fois que ce ne serait pas n'importe qui. Je trouvai un instant pour l'appeler en toute fin de journée. Je décrochai le téléphone et l'entendis décrocher avant de réaliser qu'il était déjà presque 20h. "Bonsoir monsieur Allen. Veuillez m'excuser pour ce coup de fil tardif, mais je ne pouvais pas faire mieux. Vous souhaitiez me parler ?" J'avais demandé à mon assistant de vérifier qu'il ne s'agissait pas simplement d'un journaliste désirant des informations en exclusivité – chose que je ne faisais jamais – et il m'avait affirmé qu'il n'en était pas un. De quoi pouvait-il vouloir me parler ? "Cela risque de prendre un peu de temps. Au vu de l'heure, je vous propose de faire ça autour d'un bon repas. Je passe vous prendre devant l'immeuble dans un quart d'heure ?" Je n'étais pas habituée à une telle confiance en soi de la part de mes interlocuteurs et je failli l'envoyer sur les roses, mais son intérêt pour moi m'intriguais. J'acceptai donc et arrangeai un peu ma tenue avant de rejoindre le lobby de l'immeuble en attendant son arrivée.


Andrew ne chercha pas à jouer les hommes mystères plus longuement. À peine assis à la table qu'il avait réservé dans l'un des restaurants les plus chics de la ville, je le confrontais pour savoir le pourquoi du comment. "Monsieur Allen, ne tournez pas autour du pot plus longtemps. Que me voulez-vous ?" Il sourit et fit signe au serveur d'attendre un peu avant de venir prendre notre commande. Cela nous éviterait d'être interrompu pensais-je. "Et bien pour être parfaitement honnête, ce n'est pas moi qui vous veux quoi que ce soit, mais votre principal concurrent, Gerson Lehrman Group." Je le regardai avec un air de défi. J'étais connue dans le milieu pour ne pas confier la moindre information à la presse sans que cela me soit demandé par ma direction. S'il croyait que j'allais confier des informations confidentielles à la concurrence comme l'avait fait la personne que j'avais remplacé déjà quelques années auparavant, il se mettait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Il sembla mal à l'aise, mais se reprit avant de continuer. Il m'expliqua alors que Gerson Lehrman Group l'avait mandaté pour qu'il trouve le meilleur responsable de communication du pays et qu'il l'engage en leur nom. Sachant que ma réputation était déjà faite, il s'était mis en tête de me faire quitter mon travail pour rejoindre nos concurrents de New-York. Il me demanda donc de le laisser me présenter ses arguments avant que je réponde. C'est à ce moment-là que le serveur revint pour prendre notre commande. Une fois ce dernier reparti, je regardai Andrew droit dans les yeux. "Si on vous a dit que je cherchais à changer de poste, on vous a mal informé, j'en ai bien peur. Je ne vais pas vous faire perdre plus de temps, je ne suis pas intéressée et je ne compte pas changer d'avis." New-York avait beau être à seulement quatre heures de Boston, j'aimais mon travail, ma ville et surtout j'adorais être proche de ma famille et de mes amis de toujours, même si je ne les voyais que très peu. Je fis mine de me lever, mais il insista pour que je reste, m'expliquant que maintenant que j'étais ici autant que j'en profite puisque c'était mon concurrent direct qui allait payer la facture de notre repas. N'imaginant pas rester à table dans le silence complet pendant le reste de la soirée, je pris la peine de converser avec lui. À la fin de la soirée, il me raccompagna jusque chez moi. Il devait repartir parcourir le pays à la recherche de quelqu'un pouvant prendre le poste que je venais de refuser. Sachant que je n'allais plus le revoir et puisque nous avions passé une soirée très agréable tous les deux, je l'invitai à prendre un verre chez moi. Il ne repartit que plusieurs heures plus tard. Nous n'avions pas échangé nos numéros puisqu'aucun de nous deux ne voulait plus et que nos jobs allaient nous garder éloignés puisqu'il n'était à Boston que lorsqu'il venait "chasser quelqu'un". Je repris le cours de ma vie sans trop y repenser. La seule personne connaissant cette histoire était bien évidemment Riley, à qui je racontais toujours tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsanstitre.forumgratuit.ch/t106-nys-wish-we-could-go-back-time

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: nys ღ wish we could go back time

Revenir en haut Aller en bas
 

nys ღ wish we could go back time

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» problème life time map updater
» Trac(k)back sur Colorado
» Trailer - Battlefield 3 Back to Karkand
» Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were Born To Die.. //Apple A NOTER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OHANA :: ONCE UPON A TIME :: nice to meet you :: welcome baby-